Montreuil (93), Colloque « Christianisme, esclavage, liberté et mémoire »

Colloque « Christianisme, esclavage, liberté et mémoire »

Tenu par l’association Agapé France au palais des congrès de l’Est parisien du 10 au 12 mai, il est né du désir d’encourager les protestants évangéliques à contribuer au débat sur la problématique de la traite et de l’esclavage des Noirs, par un outil de dialogue constructif au service des Églises pour jeter un pont non seulement entre celles-ci et les pouvoirs publics et nos contemporains.

Agapé est une association membre de la fédération protestante de France et de l’alliance évangélique française. Parmi ses partenaires, la communauté des Églises d’expression africaine et les Églises haïtiennes et afro-caribéennes de France.

Abordé dans une approche interdisciplinaire à travers plusieurs thématiques relevant de l’histoire, de la philosophie, de la théologie, de la psychologie et de la sociologie, le colloque de Montreuil s’est intéressé, au-delà de la question historique, aux empreintes de l’esclavage dans le monde contemporain : 700 000 à 2 millions de femmes et d’enfants entraînés dans ce commerce chaque année, selon des chiffres de l’UNICEF, qui désigne l’Asie du Sud-Est, l’Afrique de l’Ouest et du Centre comme les régions du monde les plus touchées. Jean-Claude Girondin, docteur en sociologie et directeur du projet, lui a consacré un site internet (www.dixmai.com).

A travers un travail de recherche et une action pastorale, Jean-Claude Girondin a mis en évidence le vécu des chrétiens antillais ou réunionnais en France. Il est important, pour lui, d’organiser une manifestation à une date anniversaire de la loi de 2001. Jean-Claude Girondin est l’auteur d’une thèse de doctorat, Religion, ethnicité (créolité) et intégration parmi les protestants évangéliques de la région parisienne.

La signification chrétienne de cette initiative lui apparaît clairement. Le théologien John Stott écrivait que « le mal inhérent à l’esclavage, comme au racisme, est qu’il détruit ou nie la dignité d’hommes créés à l’image de Dieu. Nous pourrons ainsi ensemble apporter des réponses spécifiques aux conséquences psychosociologiques de l’esclavage en marchant dans le chemin de la liberté que donne le Christ ; Si donc, c’est le Fils qui vous donne la liberté, alors vous serez vraiment des hommes libres (Jn 8,36) ».

Christianisme, esclavage, liberté et mémoire, le thème générique de la rencontre s’applique d’une part à l’histoire de l’Afrique et des Antilles, et donc en particulier aux tragédies que constituent les traites négrières, l’esclavage, la colonisation, et, d’autre part, à l’apport de chrétiens protestants engagés dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage. Le colloque a tourné autour de quatre axes : historique, théologique, sociologique et philosophique. Il était destiné à un vaste public : universitaires, étudiants et lycéens, églises protestantes et catholiques, organisations de la société civile, antillais et africains ainsi que toutes les personnes qui portent un intérêt ou une passion pour l’Afrique et le monde noir en général.

Introduit par Jacques Blocher (directeur de l’institut biblique de Nogent, directeur administratif de la faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine), il a comporté une exposition, La mer c’est l’Histoire, la projection du film Le Passage du Milieu de Guy Deslauriers, enfin, une série de conférences ponctuées de spectacles, gospels et chants traditionnels créoles :

  « entre mémoire de l’esclavage et rêve d’humanité, la vision prophétique du passé des écrivains antillais », par Philippe Chanson, théologien de l’université de Genève, anthropologue ;
  « William Wilberforce, une figure de l’abolitionnisme chrétien. Son influence sur l’abolitionnisme français », par Franck Bourgeois, pasteur de l’Eglise réformée de France et aumônier aux armées, doctorant ;
  « Un Ethiopien peut-il changer sa peau : le traitement des différences phénotypiques dans la Bible », par Alain Nisus, professeur de théologie systématique à la faculté Libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine ;
  « l’apôtre Paul face à l’esclavage de son temps », par Jacques Buchhold, professeur de Nouveau Testament à la faculté libre de théologie évangélique, Vaux-sur-Seine ;
  « du commerce négrier au combat abolitionniste, l’implication du protestantisme français dans l’esclavage des noirs », par Jean-François Zorn, professeur à la faculté protestante de Montpellier ;
  « du devoir de mémoire au droit à l’histoire, l’expérience des cultures de la Caraïbe », par Daniel Maximin, poète, romancier et essayiste ;
  « la traite négrière entre mémoire et histoire », par Gaston Kelman, écrivain ;
  « l’espérance, une permanence au-delà des conjonctures », avec Fabrice Desplan, docteur et chercheur du CNRS (Groupes Sociologies Religions Laïcité) ;
  « la problématique de l’esclavage dans la littérature antillaise, avec Jacob Labeth, professeur agrégé d’histoire-géographie, doctorant ;
  « la mémoire et l’oubli chez Paul Ricœur », par Olivier Abel, professeur de philosophie éthique à la faculté libre de théologie protestante de Paris ;
  « Les philosophes des Lumières et l’abolition de l’esclavage : l’écueil de la tolérance ? », par Majagira Bulangalire, président de la communauté des Églises d’expression africaine en France (CEAF).

Contact : http://www.agapefrance.org/agape/ I Illustrations :

© association Agapè France. affiche, colloque « Christianisme, esclavage, liberté et mémoire », affiche et image.

© affiche du film Passage du Milieu de Guy Deslauriers.

Portfolio


Suivez l'actualité du CMNHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT : CMNHE
Ministère chargé de l’Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

Présidente :
Myriam COTTIAS
Lui envoyer un message

Secrétaire générale:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits